alert-erroralert-infoalert-successalert-warningbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkIcons/Communication/USP/Cash-deliveryIcons/Communication/USP/Delivery-eveningIcons/Communication/USP/Delivery-same-dayIcons/Communication/USP/Delivery-storeusp-deliveryIcons/Communication/USP/Exchangeusp-free-returnsIcons/Communication/USP/Gift-cardIcons/Communication/USP/KlarnaIcons/Communication/USP/Salearrow-backarrow-downarrow-left-longarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclipboardclosecross-smalldownloaddropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictwittervkwhatsappyahooyoutube
adidas
/ septembre 2019

PAULO DYBALA : QUAND ON DONNE TOUT CE QU'ON A, ON NE REGRETTE RIEN

Pour le joyau argentin, le succès semble facile. Mais Paulo Dybala rappelle ce qu'il a dû abandonner pour l'obtenir.

Créateur pour la campagne de la VRCT, il a choisi d'afficher le badge SACRIFICE sur sa veste. Nous nous sommes entretenus avec lui pour en connaître la signification.

Un mot revient dans toutes les conversations ou les articles portant sur le talent de Dybala : créatif. Sur le terrain, il crée des occasions à partir de rien, il voit des liaisons que personne d'autre ne voit. Et c'est ce qu'on s'attend de l'un des joueurs de soccer les plus profitables d'Europe, surtout de celui qu'on appelle « La Joya », le joyau. Aujourd’hui, sur un toit à Turin, nous parlons d’un autre mot et nous voyons une autre facette du diamant du soccer.

VRCT-SP_DYBALA-02-IMG-O

« J'ai choisi le terme sacrifice surtout parce qu'il résume une partie très importante de mon enfance. Une partie grâce à laquelle... Eh bien, je suis ici », dit-il. Et ici, c'est bien, pas de doute là-dessus. Dybala n'est pas amer, il n'a pas de regrets. Il ajoute : « Avec ma mère, nous disons toujours que nous nous sommes battus pour arriver jusqu'ici. Nous avons vécu des périodes difficiles; de bons moments aussi. Alors nous essayons toujours d'en profiter ensemble, avec ceux qui nous entourent, mes amis, les gens de qui je me sens le plus près. »

Mais retournons en arrière, aux fêtes et aux vacances ratées pour des entraînements triples qui commencent à 6 h du matin. À un autre événement marquant aussi, une chose dont il parle peu aujourd'hui : son père tombé malade, qui s'éteint quand Dybala a 15 ans. Jeune joueur, il obtient le privilège d'être aux côtés de sa famille pour les derniers jours de son père, puis il prend la difficile décision de retourner dans l’équipe avec laquelle il s’est entraîné, à 150 kilomètres de là.

J'ai choisi le terme sacrifice surtout parce qu'il résume une partie très importante de mon enfance. Une partie grâce à laquelle... Eh bien, je suis ici.

VRCT-SP_DYBALA-03-IMG-O

J'ai connu des périodes charnières où je devais faire des choix, et j'ai toujours choisi le soccer.

Si vous avez déjà essayé de coller un concept d'adulte, tel que le sacrifice, sur les souvenirs flous de votre enfance, vous savez que ce n'est pas simple. Au début, Dybala marque une pause : « Je pense qu'il était fondamental, quand j'étais enfant, de faire beaucoup de sacrifices. Ce dont je ne m'apercevais pas à l'époque, ou peut-être que je ne voyais pas les choses sous cet angle. Plusieurs fois, ma famille me le rappelait… Je n’ai jamais cru que je me rendrais jusqu'ici. » Il poursuit : « J'ai connu des périodes charnières où je devais faire des choix, et j'ai toujours choisi le soccer. »

S'entraîner est toujours difficile, mais c'est sans doute plus facile maintenant qu'il en récolte les fruits, qui continuent d'arriver. Cela n'a pas toujours été le cas. À l'époque, Dybala était l’un des nombreux garçons qui se démenaient pour se faire remarquer par une grande équipe. Rares étaient ceux qui accédaient au niveau supérieur. Faire des sacrifices n'était garant de rien.

« C'est dans ces moments-là qu'il faut choisir ce qu'on veut, raconte-t-il. Jouer au soccer pour vrai et mettre tout le reste de côté, ou bien passer plus de temps avec les amis, à l'âge où on commence à découvrir de nouvelles choses. Moi, j'ai toujours su que mon rêve, c'était de jouer au soccer. Sans trop savoir ce qui arriverait, si je pouvais réussir ou non. Mais comme je l'ai dit, c'est ce que je voulais. » Il ajoute : « Le choix facile, ç'aurait été les amis. Parce qu'il n'y a pas de sacrifice là-dedans. C'est ce que je voulais dire en choisissant ce mot-là. »

VRCT-SP_DYBALA-04-IMG-O

Je crois que lorsqu'on fait un sacrifice, on est en paix avec soi-même parce qu'on sait qu'on a donné tout ce qu'on a, même si les résultats ne suivent pas.

Ce ne sont pas tous les sacrifices qui rapportent, mais ça ne veut pas dire qu'ils sont sans valeur. Dybala, se rappelant d’amis qui n’ont pas été sélectionnés, convient : « Évidemment, bien des gens font aussi tous ces sacrifices, et même plus, sans réussir pour autant. Mais je crois que lorsqu'on fait un sacrifice, on est en paix avec soi-même parce qu'on sait qu'on a donné tout ce qu'on a, même si les résultats ne suivent pas. »

VRCT-SP_DYBALA-05-IMG-O

Peut-être avez-vous une ambition, quelque chose qui demandera des sacrifices. Alors Dybala vous dira de tenir le pari, peu importe ce que vous laissez derrière. « C’est très important de sacrifier certaines choses pour suivre ses rêves ou pour en arriver là où l'on veut être. Je pense que lorsqu'on fait des sacrifices, en bout de ligne, on récolte toujours plus de positif que de négatif. »

VRCT-SP_DYBALA-06-IMG-O

Nous avons conçu la veste VRCT pour l'expression de soi issue de la tradition sportive. Portez-la à votre façon, avec un badge personnalisé qui affiche vos valeurs. Quelles valeurs défendez-vous?

/ septembre 2019