alert-erroralert-infoalert-successalert-warningbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkIcons/Communication/USP/Cash-deliveryIcons/Communication/USP/Delivery-eveningIcons/Communication/USP/Delivery-same-dayIcons/Communication/USP/Delivery-storeusp-deliveryIcons/Communication/USP/Exchangeusp-free-returnsIcons/Communication/USP/Gift-cardIcons/Communication/USP/KlarnaIcons/Communication/USP/Salearrow-backarrow-downarrow-left-longarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclipboardclosecross-smalldownloaddropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictwittervkwhatsappyahooyoutube
adidas
adidas / mai 2020

L'importance de la pleine conscience avec Kendra Harrison

La détentrice du record du monde du 100 mètres haies nous partage comment elle reste mentalement forte et saine d'esprit pendant la crise.

2020 aurait dû être une année de rédemption pour Kendra « Keni » Harrison. Après avoir raté les Jeux olympiques de Rio en 2016 pour ensuite battre le record du monde deux semaines plus tard, les Jeux olympiques de Tokyo de cette année étaient censés être les siens.

Alors que ce titre doit attendre, l'athlète américaine est loin de renoncer à ses projets. Avec un état d'esprit optimiste et confiant, elle profite au maximum du temps mis à sa disposition et reste concentrée sur ses priorités pendant cette crise.

Ayant attendu quatre ans pour cet événement, je refusais de croire que ça pouvait arriver…
brand-ss20-hometeam-mindfulness-keniharrison-blog-image-portrait-1

Représenter mon pays cette année était tout ce à quoi j'aspirais. J'étais prête et beaucoup plus mature, et je sentais que mon pays était derrière moi. Quand j'ai appris que les Jeux olympiques de 2020 allaient être reportés, j'étais bouleversée car je sentais que j'étais enfin sur le point d'atteindre mes objectifs. J'ai laissé la poussière retomber, puis j'ai réalisé que cette pandémie était grave et que notre santé collective est ce qu'il y a de plus important. C’est difficile pour tout le monde.

En tant que personne très structurée, l'incertitude m'a posé des difficultés à me concentrer au début, bien que cela m'aura permis de réaliser que les imprévus arrivent et qu'il faille les accepter. Il faut garder un esprit positif, savoir que les choses vont s'améliorer et trouver des gens qui veulent tirer le meilleur parti de leur vie.

Se relever après la défaite…

Ne pas faire partie de l'équipe olympique en 2016 a été le moment le plus difficile de ma carrière. J'étais confrontée à tant de déception et de tristesse, en plus du sentiment de laisser tomber mon pays, mon entraîneur et moi-même.

J'ai laissé le monde extérieur prendre le dessus sur moi et j'ai commencé à penser à des choses auxquelles je ne pense pas normalement. C'est pourquoi il était si important d'avoir ma famille, mes amis et mon entraîneur à mes côtés.


Vous devez avoir un groupe de personnes qui vous accompagne à travers les hauts et les bas pour regagner votre confiance. Ces personnes vous montreront comment retrouver espoir et avoir confiance en vous.


En y pensant, le conseil le plus précieux est venu de mon entraîneur qui m'a dit : « Éteins ton cerveau ». Personnellement, quand je m'entraîne, je travaille dur et je pense que, quand je compétitionne, mon corps sait déjà quoi faire.

La routine est importante, mais il faut aussi être flexible…
brand-ss20-hometeam-mindfulness-keniharrison-blog-image-portrait-2

Ayant des parents qui viennent tous deux de l'armée, je sais qu'il est important de se fixer des objectifs et d'avoir des routines strictes pour faire avancer les choses. Mais je sais aussi combien il est important de prendre du temps pour soi, que ce soit en écrivant ou en me prélassant sur mon canapé pour du rattrapage télé.


Surtout en période de crise, il est important de trouver des choses qui nous plaisent et de profiter au maximum de notre temps. Nous devons faire les petites choses qui font de nous de meilleurs athlètes et de meilleures personnes.


C'est grâce au support de ma meilleure amie et partenaire d'entraînement, Jenna Prandini, que je parviens à rester en bonne santé mentale. Pour ma santé physique, je fais ce que mon entraîneur me demande de faire pour rester en forme, mais je dois aussi rester flexible en ces temps difficiles et faire des choses à la maison et me détendre. Il est important à la fois de faire confiance au plan mais aussi d'avoir la confiance nécessaire pour s'adapter, car nous devons faire tout ce qu'il faut pour se relever.

Restons positif, l'avenir est radieux…

Je reste positive grâce à ma foi et à mon entourage. Avoir un groupe d'amis, une cellule familiale et un entraîneur sur qui je peux compter me donne toute la confiance dont j'ai besoin. Ils savent comment me parler pour déclancher une pensée positive.


Il est important de s’entourer de personnes positives. Être mentalement fort signifie ne pas écouter les sceptiques, se fixer des objectifs et les poursuivre.


Parfois, rester dans sa bulle permet de tirer le meilleur parti de la situation. Les choses vont s'améliorer et nous devons profiter de ce moment pour devenir de meilleurs individus, pour nous-mêmes et pour les autres, de sorte que lorsque la vie redeviendra normale, nous serons prêts.

adidas / mai 2020
Tags